Les valeurs guides de la qualité de l'air (VGAI), c'est quoi ?

Les polluants de l’air affectent la Qualité de l’Air Intérieur (QAI) de nos bâtiment et notamment la santé physique de leurs occupants. Comme ils sont invisibles, leurs effets sur la santé ne sont pas directement mesurables. 

En réalité, les polluants présents dans l’air peuvent engendrer une simple gène : irritation des yeux et de la peau, somnolence, etc. ou des pathologies plus graves : asthme, allergies respiratoires, cancer et intoxication.

1. Les VGAI : le guide des substances chimiques !

Les Valeurs Guides de l’Air Intérieur, ou VGAI, ont été élaborées par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail). Elles se définissent “comme des concentrations dans l’air d’une substance chimique en dessous desquelles aucun effet sanitaire ou aucune nuisance ayant un impact sur la santé n’est attendu pour la population générale (…).” (ANSES)

Autrement dit, les valeurs guides de l’air intérieur représentent un seuil limite d’un polluant de l’air au-delà duquel celui-ci est considéré néfaste pour la santé.

VGAI - Valeurs Guides de l'Air Intérieur - Polluants (toluène, formaldéhyde, monoxyde de arbone, benzène, naphtalène, dioxyde d'azote, acroléine, acétyldéhyde...)

Surveillance de la Qualité de l’Air Intérieur pour les ERP

Dans le cadre d’un diagnostic réglementaire de la qualité de l’air intérieur pour les ERP, aussi appelé surveillance de la QAI dans les ERP, les professionnels se réfèrent aux VGAI. Elles leur proposent un cadre de référence de base avec notamment les méthodes de mesure, une orientation sur la stratégie d’échantillonnage spatiale et temporelle, etc.

2. Méthode d'élaboration d'une VGAI

Une VGAI est établie à partir d’informations générales, telles que l’identification de la substance chimique et de ses propriétés physico-chimiques, la réglementation encadrant cette substance, ses sources d’émissions potentielles intérieures et extérieures, les données de concentration dans l’environnement, etc. 

Elles sont établies par le ministère chargé de l’Ecologie et sont inscrites dans le code de l’Environnement selon la loi du 1er août 2008 relative à la responsabilité environnementale et à diverses dispositions d’adaptation au droit communautaire dans le domaine de l’environnement (1).

Les VGAI
Cas particuliers

L’Afsset (Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail) ne propose pas de VGAI pour des expositions aiguë et chronique aux particules (PM2,5, PM10) présentes dans l’air.

En raison de l’hétérogénéité de leur taille, de leur composition chimique et biologique et de la diversité de leurs sources, des limites méthodologiques sont rencontrées : insuffisance de données concernant la composition chimique et biologique des particules dans l’air intérieur, difficulté pour choisir l’effet critique, …

L’Afsset recommande pour le moment de limiter les sources d’émissions liées aux particules fines et de mettre en place des actions visant à améliorer la qualité de son air intérieur.