Matériaux biosourcés, géosourcés, biomatériaux :
comment s'y retrouver ?

125827531_682075839161904_1687342804691382520_n
Les matériaux écologiques ont le vent en poupe ! Et pour cause, les caractéristiques techniques et environnementales de certains matériaux ne sont plus à démontrer : moins d’émissions de polluants dans l’air intérieur, plantes améliorant la structure du sol, stockage du carbone préservation de la biodiversité, …   De 2001 à 2008, on recense près de 214 000 tonnes de fibres végétales produites annuellement rien qu’en Europe, la propulsant à la seconde place des bassins de production. Certaines filières, comme la paille, la terre crue, le lin et le chanvre, ont d’ailleurs permis de créer des territoires dynamiques du nord jusqu’au sud de la France. Et pour ne pas faire simple, on utilise une multitude de termes pour décrire ces matériaux ! Alors, comment s’y retrouver ? Biosourcé ? Géosourcé ? Naturel ? Ou encore biomatériau ?

1. Les matériaux biosourcés, encouragés par la relative à la transition énergétique pour la croissance verte !

A contrario des matériaux “classiques” issus des hydrocarbures, les matériaux biosourcés proviennent de la biomasse, du monde végétal ou animal. Et parmi les plus courants, on retrouve les stars du milieu qui ne sont autre que :  

De par leurs nombreux avantages, ils s’inscrivent dans une démarche de développement durable. L’article 5 de la loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte incite, dans ce contexte, à l’utilisation de ces matériaux lors de la construction ou de la rénovation des bâtiments.

UN MARCHÉ EN PLEIN ESSOR…

En valorisant les filières locales et en préservant les ressources naturelles, la filière biosourcée se développe et se renforce par l’émergence de nouveaux métiers et nouvelles lois.

« [Les performances énergétiques, environnementales et sanitaires des bâtiments et parties de bâtiments neufs] répondent à des objectifs d’économies d’énergie, de limitation de l’empreinte carbone par le stockage du carbone de l’atmosphère durant la vie du bâtiment, de recours à des matériaux issus de ressources renouvelables, d’incorporation de matériaux issus du recyclage, de recours aux énergies renouvelables et d’amélioration de la qualité de l’air intérieur » (article 181). Loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique.

… QUI A SES LIMITES

A l’heure actuelle, le prix d’un matériau classique issu de la pétrochimie reste plus attractif qu’un matériau biosourcé. Et pour ne pas encourager la rénovation écologique, les aides de l’Etat n’intègrent pas de mentions spéciales pour les matériaux biosourcés.

D’un point de vue plus technique, les fibres végétales possèdent des caractéristiques variables : diamètre, densité, … et certains peuvent nécessiter un traitement et une installation spécifiques.

Malheureusement, toute la bonne volonté à construire ou rénover écologiquement ne suffira pas face à un manque d’artisans spécialisés dans le biosourcé.

2. Les matériaux géosourcés

Origine des matériaux géosourcés

Les matériaux géosourcés sont des matériaux minéraux, c’est-à-dire qu’ils sont composés de matière inorganique (non vivante). Sur ce point, ils s’opposent aux matériaux biosourcés dans le sens où les biosourcés sont issus du monde vivant (animal ou végétal).

La pierre naturelle ou la terre crue sont des incontournables de par leurs nombreux avantages et se positionnent aujourd’hui comme les chouchous des architectes engagés. Tout l’aspect innovant de la filière géosourcée ne réside pas dans son caractère moderne, mais bien dans le fait qu’elle est ancienne !

Une des techniques traditionnelles utilisant de la terre crue est par exemple le Pisé. Elle emploie un mélange d’argile, de sable, et éventuellement de gravier qui finira compacté dans un coffrage. Bon isolant phonique, la terre crue est un matériau de choix puisqu’elle se recycle à l’infini et peut, ou soit être réutilisée dans le cadre d’un nouveau projet, ou soit être restituée aux milieux naturels locaux. C’est également un matériau à forte inertie thermique, c’est-à-dire que le bâtiment va stocker la chaleur solaire la journée puis lentement la restituer lorsque les températures extérieures chuteront à l’approche de la nuit. Enfin, si tu n’étais pas convaincu(e), un mur Pisé se gorgera de l’humidité en surplus chez toi et pourra la restituer si l’air devenait trop sec.

LES LIMITES DU GÉOSOURCÉ

Toutefois, ce n’est pas parce qu’un matériau est géosourcé qu’il faut le considérer à 100% écologique. En effet, la pouzzolane, granulat de couleur rougeâtre à brun et originaire de Pozzuoli, près de Naples, est une roche d’origine volcanique déjà utilisée par les Romains qui l’exploitaient comme adjuvant à la chaux. Mais son bilan carbone est mauvais et son énergie grise (énergie consommée lors du cycle de vie du matériau) moyenne.
De plus, de par leur nature, les matériaux géosourcés sont naturellement radioactifs. Ils le sont généralement en faible concentration, mais certains dépassent le seuil imposé par la directive européenne 2013/59/Euratom (1 mSv/an). C’est le cas du granit puisque le radon, gaz radioactif naturellement émis partout à la surface de la Terre, provient des sous-sols granitiques et volcaniques.

3. Les biomatériaux

Le biomatériau s’utilise dans plusieurs domaines, mais il ne faut le confondre avec le matériau bio ou géosourcé utilisé dans le secteur du bâtiment ! Si l’on reprend la définition de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), le biomatériau est avant tout un matériau non vivant compatible avec le domamine médical et capable d’interagir avec des systèmes biologiques. Par exemple, le coeur artificiel, une prothèse de la hanche, etc.

4. En bref !

Matériau biosourcé - Bois

La notion même d’isolation écologique est particulièrement complexe. Elle intègre dans le calcul une multitude de paramètres ; c’est la raison pour laquelle il n’existe à ce jour aucune définition précise. L’essor des matériaux écologiques sur le marché est tel qu’il créé aujourd’hui une vraie confusion chez les personnes : quels termes utiliser ? Dans quels cas ? Sont-ils tous identiques ?


On considère les matériaux biosourcés et géosourcés comme naturels, ou écologiques. Dans le secteur du bâtiment, certains participent au stockage du carbone, limitent l’émission de composés organiques volatils (COV) et préservent les ressources naturelles. Mais ils n’ont réellement de sens que s’ils :

  • réduisent la consommation énergétique du bien concerné,
  • sont adaptés au cycle de vie du bâtiment (durables),
  • sains, dans le sens où ils ne sont pas nocifs pour la santé des occupants,
  • et a faible empreinte environnementale.

Le fait qu’un matériau provienne d’animaux, végétaux, ou minéraux, n’implique pas que son impact environnemental est nul. Toute technique liée aux matériaux possède un impact environnemental, seul son niveau varie. 

Enfin, les matériaux biosourcés ou géosourcés utilisés dans la construction (ou rénovation) ne sont pas à confondre avec le terme “biomatériaux” qui est essentiellement employé pour le médical.

5. Liens utiles

Bibliographie

PUBLICATION : Pascal FAUCOMPRÉ (2017). Terre crue : le meilleur des éco-matériaux ? https://www.build-green.fr/terre-crue-le-meilleur-des-eco-materiaux/

PUBLICATION : Antoine BOSSE-PLATIERE. Construire en terre crue. https://www.terrevivante.org/609-construire-en-terre-crue.htm

PUBLICATION : Marie BERANGER (2019). [Interview] Mieux connaître les matériaux biosourcés et géosourcés. https://www.construction21.org/france/articles/fr/interview-mieux-connaitre-les-materiaux-biosources-et-geosources.html

PUBLICATION : (2020). Radioactivité des matériaux de construction. https://afcn.fgov.be/fr/dossiers/radon-et-radioactivite-dans-votre-habitation/radioactivite-des-materiaux-de-construction#:~:text=A%20peu%20pr%C3%A8s%20tous%20les,%2C%20le%20K%2D40).&text=C’est%20le%20cas%20%C3%A9galement,plupart%20des%20produits%20de%20construction.

PUBLICATION : Ministère de la Transition Écologique (2020). Matériaux de construction biosourcés et géosourcés. https://www.ecologie.gouv.fr/materiaux-construction-biosources-et-geosources

OUVRAGE : Catherine CHABAUD (2015). Les filières lin et chanvre au coeur des enjeux des matériaux biosourcés émergents. Editions des journaux officiels.

OUVRAGE : Jean-Pierre OLIVA & Samuel COURGEY  (2010). L’isolation thermique écologique